PDF documents available :
> Scientific Program
> Presentation Abstacts
> List of Speakers

 

Scientic Program

September,28 2018

 

 

7 h Accueil et inscription – Déjeuner continental / Welcome and Registration - Continental Breakfast
8 h Mot de bienvenue / Opening remarks
CONFÉRENCE PLÉNIÈRE / PLENARY SESSION
8 h 10

Transport aérien pour la traumatologie au Québec et en Ontario : tendances et défis
Air transport for trauma in Quebec and Ontario: Trends and challenges
Dr Louis-Philippe Pelletier et Dr. Homer Tien Présentation PDF Dr Pelletier + Présentation PDF Dr Tien

CONFÉRENCES SIMULTANÉES / CONCURRENT SESSIONS
Session A

Session B

Session C

Pédiatrie / Pediatric

Adulte / Adult

Adulte / Adult

9 h

A Trauma Patient’s Journey: From arrival to Disposition

Présentation PDF

Debate: Pediatric vs Adult Trauma Centers for Teenage Trauma Patients – Proper Allocation?
Special session : adult and pediatric

Présentation PDF

La collaboration interprofessionnelle lors de la prise en charge d’un polytraumatisé à l’urgence : résultats d’une étude exploratoire

Présentation PDF

9 h 30

Feasibility of early active rehabilitation for concussion recovery in youth: a randomized trial

Présentation PDF

Profil clientèle et performance du réseau québécois de traumatologie adulte : 2013-2016

Présentation PDF non disponible

De l’urgence à l’unité spinale : l’importance de la trajectoire des soins aigus dans le devenir des blessés médullaires

Présentation PDF

10 h Pause santé et visite des exposants / Health Break and Exhibits
10 h 30

Le traumatisme vicariant : comment faire du sens avec ce qui n’en a pas

Présentation PDF non disponible

Revision and validation of a behavioral assessment tool for the detection of pain in brain-injured patients in the intensive care unit: Filling a gap into practice
Présentation PDF

Comment une structure organisationnelle en don d’organes pourrait hisser le Québec parmi les leaders mondiaux ?

Présentation PDF

11 h 30

Family centered care in pediatric trauma: a review of the best practices in the pediatric intensive care unit

Présentation PDF

Penetrating trauma

Présentation PDF non disponible

L’infirmière praticienne spécialisée en soins aux adultes : un rôle attendu pour optimiser la qualité des soins en traumatologie

Présentation PDF

12 h Dîner et visite des exposants / Lunch and Exhibits
13 h 00

Decreasing Recurrent Pain and Anxiety in Medical Procedures With a Pediatric Population: a Pilot Study

Présentation PDF

Qualité de vie et lésion médullaire traumatique : facteurs prédictifs et attentes à long terme

Présentation PDF

Post Traumatic agitation in TBI

Présentation PDF

13 h 30

Trauma: Crucial skills of the resuscitation team

Présentation PDF

TCC et la population gériatrique

Présentation PDF

Hypothermie accidentelle : dernières recommandations pour le réchauffement des usagers ?

Présentation PDF

14 h 00 Pause santé et visite des exposants / Health Break and Exhibits

Session A

Session B

Session C

Urgences santé

Adulte / Adult

Adulte / Adult

14 h 30

C-spine rule par les paramédics

Présentation PDF

Feasibility and acceptability of a self-management intervention aimed at preventing acute to chronic pain transition after major lower extremity trauma

Présentation PDF

Loin des yeux, loin du cœur : le trauma thoracique fermé

Présentation PDF

15 h 00

L’EQTPT : les résultats

Présentation PDF

Interventions pharmacologiques pour le contrôle de l’agitation suite à un TCC : revues systématiques de données cliniques et précliniques

Présentation PDF

Validation d’une adaptation de l’outil de dépistage standardise de la dysphagie auprès d’usagers avec TCC modéré-sévère et avec blessure médullaire cervicale

Présentation PDF

15 h 30

Mine de rien à Urgences santé tout va très bien : bilan de l’incident de l’autoroute 13

Présentation PDF

Prise en charge du TCC léger à l’urgence : développement d’une application mobile APP TCC léger accessible à l’urgence sur un téléphone intelligent ou une tablette

Présentation PDF

Iatrogenic withdrawal syndrome (IWS) in critically ill adults

Présentation PDF

16 h Clôture du colloque / Closing Remarks

IMPORTANT
Dans un souci d'équité, de transparence et de conformité aux exigences reliées à l'accréditation du colloque, vous retrouverez dans ce document l'information contenue dans les formulaires Divulgation de conflits d'intérêt potentiels, remplis et signés par les conférenciers, à savoir si ceux-ci y ont déclaré avoir actuellement, ou avoir eu au cours des deux dernières années, une affiliation ou intérêts financiers ou intérêts de tout ordre avec une société commerciale ou recevoir une rémunération ou des redevances ou des octrois de recherche d'une société commerciale.


IMPORTANT
In the interest of fairness, transparency and compliance with related certification requirements of the symposium; this document contains the information in the Disclosure of potential conflicts of interest form, it is completed and signed by the speakers as to whether they currently have, or have had in the past two years, a financial affiliation or interests of any kind with a commercial company or receive compensation or fees or research grants from a corporation.

8 h 15– Plénière/Plenary

Transport aérien pour la traumatologie au Québec et en Ontario : tendances et défis / Air transport for trauma in Quebec and Ontario: Trends and challenges

Résumé à venir

Homer Tien, OMM, CD, MD MSc FRCSC
Colonel (Ret)
Chief Medical Officer, Ornge
Chief of Reserve Medical Specialists, Canadian Armed Forces
General Surgery and Trauma
Sunnybrook Health Sciences Centre
Associate Professor, Surgery
University of Toronto
Louis-Philippe Pelletier, M.D.
Directeur médical du service préhospitalier d'urgence CISSS des Laurentides
Médecin conseil en traumatologie Institut national d’excellence en santé et en services sociaux

Note : Dr Tien n'a pas retourné le formulaire de divulgation de conflits d'intérêts potentiels et Dr Pelletier n’a déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

9 h – Session A – Pédiatie/Pediatric

A Trauma Patient's Journey: From arrival to Disposition

A polytrauma patient requires a team of skilled interprofessional and interdisciplinary members to ensure effective, efficient and complete care. We explored the use of simulation to improve patient care by tracking a trauma patient’s journey from arrival to disposition.

We completed 3 high fidelity, real-time, in-situ simulations that traversed a simulated patients journey from arrival to the ER, through diagnostic imaging, the OR and finally to the ICU, with transits/handovers between all sites. Simulations were broadcasted live for other members of the hospital health care team to observe, and facilitate in debriefing. Participants and observers completed surveys and audio transcriptions of the debrief were analyzed. Target areas for future patient safety interventions were identified. Analysis revealed a pre-to-post change in multiple aspects including self-rated ability to communicate within an interprofessional team (p<0.02), and the ability to develop and share a unified global perspective with all team members (p<0.005). Debriefs identified patient safety aspects, including how to effectively transfer care between teams. Breaking down barriers between the various hospital care teams was made possible by the ability of the various teams to observe patient care in other care areas.

Simulations that trace the natural trajectory of a trauma patient from arrival to disposition allow for effective team training, for explicit investigation of potential areas for practice improvement and patient safety interventions. We believe simulations support team training by allowing participants across multiple physically diverse practice areas to better appreciate the roles, responsibilities, and patient safety issues inherent in the management of complex trauma patients.


Ilana Bank, MDCM, FRCPC, FAAP
Pediatric Emergentologist
Montreal Children’s Hospital

Note: Dr. Bank did not declare any potential conflict of interest.

↑ Retour au programme

09 h – Session B – Adulte/Adult

Debate : Pediatric vs Adult Trauma Centers for Teenage Trauma Patients - Proper Allocation?

This debate between two experts in pediatric and adult trauma care will focus on the questions and challenges of caring for the severely injured adolescent trauma patient, specifically the most appropriate allocation and care of these patients: adult or pediatric trauma centers.

Joe Nemeth, MD, FCFP, EM
Emergency Medicine - Trauma Team Leader and associate professor
Montreal General Hospital
Montreal Children’s Hospital
McGill University
Mitchell Bernstein, MD, FRCSC
Assistant professor
McGill University
Head, Pediatric Orthopaedic Trauma
Montreal Children’s Hospital
Co-Director, Limb Deformity Unit
Shriners Hospital for Children
Orthopaedic Trauma & Limb Deformity Surgery
Montreal General Hospital

Note: Dr. Nemeth did not declare any potential conflict of interest and Dr. Bernstein declared a potential conflict of interests: consultant for Smith and Nephew (pas 1 year) and for Nuvasive (current).

↑ Retour au programme

9 h – Session C – Adulte/Adult

La collaboration interprofessionnelle lors de la prise en charge d'un polytraumatisé à l'urgence : résultats d'une étude exploratoire

Problématique : Les traumatismes et blessures non intentionnelles constituent la principale cause de décès chez les jeunes adultes québécois. Durant les minutes qui suivent l'incident, la prise en charge du polytraumatisé à la salle d'urgence est absolument cruciale afin d'optimiser les soins et éviter un décès prématuré. Malheureusement, plusieurs études ont souligné d'importantes lacunes dans la collaboration entre les différents professionnels composant l'équipe de traumatologie. Ce manque de collaboration serait d'ailleurs l'une des principales causes d'erreurs médicales évitables. Or, dans les dernières années, peu d'études ont exploré ce qui se passe réellement lors de la prise en charge d'un polytraumatisé. But : Explorer l'expérience de la collaboration interprofessionnelle (CIP), selon le point de vue des professionnels de la santé, lors de la prise en charge d'un polytraumatisé en salle d'urgence d'un centre de traumatologie secondaire.

Méthode : Cette étude adopte un devis qualitatif exploratoire descriptif. L'échantillon se compose d'une infirmière, d'un inhalothérapeute, d'un urgentologue, d'une assistante-infirmière-chef, d'une conseillère en soins infirmiers, d'un préposé aux bénéficiaires ainsi que d'un ambulancier (n=7). Des entrevues individuelles et un groupe de discussion ont été menés auprès de ces professionnels de la santé. De plus, deux observations structurées de la prise en charge d'un polytraumatisé ont été réalisées.

Résultats : Une analyse par thématique est en cours de réalisation. Les résultats de cette étude seront présentés lors de la présentation.

Conclusion : Cette étude est la première à permettre aux intervenants d'une équipe de première ligne de co-identifier les facteurs facilitants et contraignants la CIP en contexte de traumatologie.

Alexandra Lapierre, M.Sc. inf.
Étudiante
Université de Montréal

Note : Mme Lapierre n’a déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

9 h 30 – Session A – Pédiatrie/Pediatric

Feasibility of early active rehabilitation for concussion recovery in youth: A randomized trial

Objective: The primary objective is to evaluate the feasibility (safety &acceptability) of implementing early Active Rehabilitation (AR) for concussion management in youth with symptoms persisting 2-weeks post-injury. A secondary and exploratory objective was to estimate the extent to which early AR contributed to changes in post-concussion symptoms when compared to standard AR.

Methods: Single centre, randomized clinical trial examining early AR (initiated 2-weeks post-injury) compared to standard AR (initiated 4-weeks post-injury). Twenty youth (9-17 years old) with post-concussion symptoms for at least 2-weeks were randomized to early AR (n=10) or to standard AR (n=10). Active Rehabilitation (aerobic exercise, coordination drills, visualization, education/reassurance) was administered by physiotherapists in-person, and then continued as a home program.

Results: Two adverse events (one in each group) were identified through an online survey more than one-month post-concussion. Post-Concussion Symptoms decreased over time for both groups.

Conclusions: The results from this pilot study indicate that early Active Rehabilitation (starting 2-weeks post-injury) is an acceptable and safe approach for the management of persisting symptoms after a concussion. Further study is needed to determine the superiority of this strategy over current treatment approaches.

Danielle Dobney, M.D., FRCSC, DABO
Ph.D. Student
McGill University
Lisa Grilli, PT, M.Sc.
Trauma coordinator - Research Program and TBI clinic Head physiotherapist
Montreal Children’s Hospital
Christine Beaulieu
Physiotherapist, MTBI clinic
Montreal Children’s Hospital

Note: Dr. Dobney, Mrs. Grilli and Mrs. Beaulieu did not declare any potential conflict of interest.

↑ Retour au programme

9 h 30 – Session B – Adulte/Adult

Profil clientèle et performance du réseau québécois de traumatologie adulte : 2013-2016

L’évaluation du réseau québécois de traumatologie est au cœur du mandat de l’Unité d’évaluation en traumatologie et en soins critiques de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS). Après plusieurs cycles d’évaluation des installations de soins aigus désignées en traumatologie, un portrait global du réseau s’est imposé.

Un état de la pratique dans le réseau québécois de traumatologie pour la clientèle adulte victime de traumatismes entre 2013 et 2016 est présenté. Le profil de la clientèle de plus de 16 ans, les caractéristiques liées aux épisodes de soins (p. ex. durée de séjour, complications, etc.) et à la continuité des services (p. ex. transferts, orientation au congé) seront exposés.

La performance globale des installations du réseau, mesurée à partir d’indicateurs de processus et de résultats validés et établis pour mesurer la performance et la qualité des services, sera également discutée. Des constats et priorités d’action seront émis à la suite de l’analyse de ce portrait global de notre réseau mature et de son évolution depuis plus de vingt ans.

Catherine Gonthier, M.Sc.
Professionnelle scientifique en santé
Unité d'évaluation en traumatologie et en soins critiques
INESSS
Catherine Truchon, Ph.D., M.Sc.Adm.
Coordonnatrice et scientifique principale
Unité d'évaluation en traumatologie et en soins critiques
INESSS

Note : Mme Gonthier et Mme Truchon n’ont déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

9 h 30 – Session C – Adulte/Adult

De l'urgence à l'unité spinale: l'importance de la trajectoire des soins aigus dans le devenir des blessés médullaires

Cette conférence vise à discuter de l’importance, basée sur les évidences, de la trajectoire de soins en centre spécialisé pour les personnes avec lésion traumatique de la moelle épinière. Tout d’abord, d’un point de vue soins critiques et d’urgence (Dr Martin Albert, interniste-intensiviste), d’un point de vue chirurgical (Dr Jean-Marc Mac-Thiong, chirurgien de la colonne) et d’un point de vue réadaptation (Dre Andréane Richard-Denis, physiatre).

Andréane Richard-Denis, M.D., M.Sc.
Physiatre
Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal
Martin Albert, M.D., FRCPC, FACP
Interniste-Intensiviste
Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal
Jean-Marc Mac-Thiong, M.D.
Orthopédiste
Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal

Note : Dre Richard-Denis et Dr Albert n’ont déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel. Dr Mac Thiong a déclaré être co-fondateur et actionnaire de la cie Spinologics Inc. depuis le 29 décembre 2010 (aucun lien avec cette présentation).



↑ Retour au programme

10 h 30 – Session A – Pédiatrie/Pediatric

Le traumatisme vicariant : comment faire du sens avec ce qui n'en a pas

Oeuvrant depuis de nombreuses années au sein d'une équipe de traumatologie pédiatrique, nous avons été témoins à de multiples reprises de l'impact significatif des raumatismes chez nos patients et leurs familles mais aussi chez les intervenants ainsi que les équipes de travail. En effet, il est impossible de rester insensible lorsqu'on côtoie l'horreur au quotidien ! Cette présentation s'adresse à toute personne qui travaille de près ou de loin avec une clientèle qui a subie des traumatismes (personnel administratif, intervenants paramédicaux, médicaux et professionnels de la santé).

À travers de nombreuses vignettes ciniques, nous souhaitons poser un regard nouveau sur le trauma et les réactions qu'ils suscitent chez les patients et les soignants. Plus spécifiquement, nous souhaitons : 1) parvenir à une définition plus globale du traumatisme incluant le traumatisme physique et le traumatisme psychique; 2) mIeux comprendre et identifier les réactions des patients face aux différents traumatismes afin de les accompagner à travers ce qu'ils ont à vivre; 3) prendre conscience de l'impact des traumatismes vécus par nos patients sur nous en tant qu'individus mais aussi en tant que professionnels. Apprivoiser nos propres réactions afin de mieux jouer notre rôle. Réfléchir à des moyens pour se protéger d'un traumatisme vicariant; 4) réfléchir à l'impact des spécificités du travail en traumatologie (urgence, crise, ...) sur l'équipe soignante et plus globalement, sur le travail interdisciplinaire. Apporter un regard nouveau sur notre compréhension du vécu des patients mais aussi tenter de faire du sens avec "ce qui n'en a pas" pour les patients, leurs familles mais aussi et surtout pour chacun d'entre nous qui travaillent auprès d'une cilentèle qui vit un traumatisme.

Dominique Duchesne, M. Ps.
Psychologue
CHU Sainte-Justine
Mylène Duval, Ph.D.
Psychologue
CHU Sainte-Justine

Note : Mme Duchesne et Mme Duval n’ont déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

10 h 30 – Session B – Adulte/Adult

Revision and validation of a behavioral assessment tool for the detection of pain in brain-injured patients in the intensive care unit: Filling a gap into practice

Background: Brain-injured patients in the intensive care unit (ICU) express pain behaviors that differ from other patients. Therefore, existing scales need to be adapted to make them more applicable to this group. Objectives: This study aimed to revise and validate the Critical-Care Pain Observation Tool (CPOT) in brain-injured ICU patients.

Methods:
A methodological design was used in this multi-site study involving four trauma centers from Canada and United States. Three phases were included: 1) description of pain behaviors during standard care procedures (painful and non-painful); 2) content validation of pain behaviors by ICU clinicians and revision of the CPOT items; 3) validation of the CPOT revised version. Bedside observations were performed in Phase 1 and Phase 3. Clinicians completed a content validation questionnaire in Phase 2.

Results:
In Phase 1, brain-injured ICU patients (n=147) were more likely to express facial reactions of the upper face (e.g., brow lowering, orbit tightening), tearing and flushing during painful procedures (e.g., turning, suctioning). Common pain behaviors such as grimace and muscle rigidity were less frequently observed. In Phase 2, facial reactions (including grimace), movements towards the pain site, and vocalization of pain were evaluated as the most relevant behaviors by 77 clinicians. The CPOT was revised accordingly in both French and English and was validated in 226 brain-injured ICU patients in Phase 3. It was found to discriminate between painful and non-painful procedures (p<0.001), and was positively correlated (r>0.60) with self-reports of pain (n=62).

Conclusions: The CPOT revised version was found valid for use in brain-injured ICU patients, and could guide clinicians in their pain management decisions.

Céline Gélinas, Ph.D,
Associate professor
McGill University

Note: Mrs. Gélinas declared a potential conflict of interests: Royalties (book chapter) from Elsevier (2017) and from Pearson Canada (2017).

↑ Retour au programme

10 h 30 – Session C – Adulte/Adult

Comment une structure organisationnelle en don d'organes pourrait hisser le Québec parmi les leaders mondiaux ?

Introduction : Au Québec, les délais de transferts des donneurs vers un centre de prélèvement, l'accès difficile aux soins intensifs, la non disponibilité et les retards au bloc opératoire sont des facteurs limitants le potentiel d'organes à transplanter. Afin d'améliorer l'efficacité de la gestion des dons et la qualité des organes à transplanter, une équipe multidisciplinaire spécialisée avec personnel dédié a été créée.

Méthodes :
Depuis le 10 juin 2013, le centre de prélèvements d'organes (CPO) est doté de professionnels de garde sur appel, vingt-quatres heures par jour, 7 jours par semaine. Les équipes sont composées : d'infirmières de soins intensifs et du bloc opératoire; d'intensivistes; d'anesthésiologistes; d'inhalothérapeutes; de pathologistes; de techniciens en histopathologie et autres. Deux lits de soins intensifs et une salle d'opération sont disponibles en tout temps.

Résultats : Depuis le 10 juin 2013, la quasi-totalité des donneurs potentiels ont eu accès au lit de soins intensifs en moins d'une heure et les équipes de prélèvement ont eu accès au bloc opératoire à l'heure choisie dans 99 % des cas. De plus, il n'y a eu que très peu d'écart entre le moment choisi et le début de l'intervention (moins de 6 %). Le taux d'utilisation des organes thoraciques (coeurs et poumons) a atteint et même surpassé les meilleures performances au monde. Vérifiée par sondages, la satisfaction des médecins-référents, des familles de donneurs et des équipes chirurgicales s'est avérée excellente.

Conclusion : Le CPO permet d'améliorer le nombre de transplantation au Québec tout en permettant d'aplanir plusieurs obstacles logistiques et constitue une expérience très positive pour les familles de donneurs, les médecins-référents ainsi que les chirurgiens-préleveurs.

Pierre Marsolais, M.D.
Intensiviste-interniste
Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal

Note : Dr Marsolais n’a déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

11 h 30 – Session A – Pédiatrie/Pediatric

Family centered care in pediatric trauma: a review of the best practices in the pediatric intensive care unit

Injuries are the second most common cause of hospitalization in pediatrics. They are the leading cause of death in children from 1 to 19 years of age. When the injured child is admitted to the pediatric intensive care unit, the interdisciplinary team focuses on providing care to restore the homeostasis of the patient as the health outcome of the child will be influenced by efficient and appropriate delivery of care. The family witnessing the level of activity surrounding the child may be overwhelmed. Family role disturbances and uncertainty may cause high level of stress and impair the family ability to communicate with the team and to become partners in care. This presentation aims to review how family centered care guidelines can be implemented in the pediatric intensive care environment. Examples will be used to illustrate how this approach can benefit patients, families and healthcare providers.

Michal Stachura, RN, M.Sc.(A)
Infirmier
Hôpital de Montréal pour enfants
Maryse Dagenais, RN, M.Sc.(A)
Infirmière clinicienne spécialisée
Hôpital de Montréal pour enfants

Note: Mr. Stachura did not declare any potential conflict of interests and Mrs. Dagenais did not return the potential conflict of interests disclosure form.

↑ Retour au programme

11 h 30 – Session B – Adulte/Adult

Penetrating trauma

Outlining the care for patients who present to ED with a penetrating trauma. Identify the priority care for patients with penetrating trauma. What are the markers of major or minor penetrating wound. What to monitor in stable patients with penetrating trauma.

Jeanesse Bourgeois, B.Sc.N.
Assistant nurse manager - Emergency
McGill University Health Centre
Bruce Vergara, BN
Assistant nurse manager - Emergency
McGill University Health Centre

Note: Mrs. Bourgeois and Mr. Vergara did not declare any potential conflict of interests.

↑ Retour au programme

11 h 30 – Session C – Adulte/Adult

L'infirmière praticienne spécialisée en soins aux adultes : un rôle attendu pour optimiser la qualité des soins en traumatologie

Le rôle d'infirmière praticienne spécialisée (IPS) en soins aux adultes existe depuis plusieurs années en Amérique du Nord. Au Québec, les infirmières pouvaient jusqu'à tout récemment exercer le rôle d'IPS ans les domaines de la cardiologie, de la néphrologie, de la première ligne et de la néonatalogie. Le règlement encadrant la pratique des IPS au Québec sera bientôt modifié, ce qui permettra aux IPS de pratiquer auprès d'adultes dans différents domaines incluant la traumatologie. Ceci, dans une perspective d'améliorer l'accessibilité, la qualité, la sécurité et la continuité des soins et services en temps opportun, pour une clientèle adulte. L'objectif de cette présentation vise à informer les cliniciens et les décideurs en traumatologie sur le rôle d'IPS en soins aux adultes et sur l'opérationnalisation du rôle dans ce domaine d'activités. Il sera notamment question des résultats de recherche en lien avec les retombées associées au rôle d'IPS en traumatologie et dans d'autres domaines connexes. De plus, les principaux éléments du règlement encadrant la pratique des IPS en cours d'approbation seront exposés ainsi que le curriculum de formation. Enfin, un exemple de la pratique quotidienne de l'IPS en soins aux adultes et les conditions gagnantes pour faciliter l'intégration des IPS aux milieux de soins seront décrits. Par conséquent, cette présentation permettra le développement d'une compréhension globale du rôle d'IPS en soins aux adultes dans le domaine de la traumatologie.

Mélanie Bérubé, Inf., M.Sc., Ph.D. (cand.)
Coordonnatrice du Programme de traumatologie et de la recherche en soins infirmiers
Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal
Sonia Heppell, M.Sc., IPSC
Infirmière praticienne spécialisée en cardiologie et coordonnatrice des stages d'IPS
Université de Montréal

Note : Mme Bérubé et Mme Heppell n’ont déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

13 h – Session A – Pédiatrie/Pediatric

Decreasing Recurrent Pain and Anxiety in Medical Procedures With a Pediatric Population: a Pilot Study

Background: Children with injuries, including fractures and burns, experience significant pain during medical procedures. Non-pharmacological pain management with virtual reality (VR) could distract patients from pain by engaging multiple senses. To our knowledge, no studies have tested the feasibility of VR for procedural pain management in children with fractures and burns undergoing painful procedures.

Aim:
This pilot clinical trial aims to assess the acceptability and feasibility of VR distraction using Oculus Rift(r) in children with fractures and burns undergoing painful medical procedures.

Method:
1- Study design: Within-subject/crossover. Each child serves as his own control and receives both standard and experimental treatment during the same session through a randomized order. 2- Convenience sample: 20 children 7 to 18 years old with an injury, from the surgical-trauma and orthopedic outpatient clinics of Ste-Justine Hospital, Canada. 3- Interventions: Standard care/VR distraction via Oculus Rift(r) goggles (Dreamland game). 4- Measures: Pain (NRS) and anxiety (CFS) measures are taken before the procedure and after each sequence, followed by a measure of nurses` satisfaction. Memory of pain and anxiety is assessed 24h after the procedure. Data is also collected on the occurrence of side effects and design's feasibility outcomes. 5- Quantitative data analysis: Mean differences in pain and anxiety scores between the two treatments sequences will be compared using Wilcoxon signed-rank tests.

Results & Conclusion: 12 participants have been recruited since July 2017. We expect to reach the desired sample size by July 2018. This innovative approach will allow to improve pain and anxiety management in outpatient surgical-trauma and orthopedic clinics.

Mathilde Hupin, M.D.
Chirurgienne orthopédiste pédiatrique
CHU Sainte-Justine

Note: Dr. Hupin did not declare any potential conflict of interests.

↑ Retour au programme

13 h – Session B – Adulte/Adult

Qualité de vie et lésion médullaire traumatique : facteurs prédictifs et attentes à long terme

Atteindre une qualité de vie optimale à long terme est un objectif majeur suivant une lésion médullaire traumatique. Toutefois, il s'agit d'un concept très complexe pour lequel il est difficile de se prononcer en phase d'hospitalisation. Cette étude observationnelle sur une cohorte prospective de 119 sujets vise à explorer les attentes en terme de qualité de vie suivant une lésion médullaire traumatique cervicale basé sur les facteurs cliniques disponibles au cours de la phase d'hospitalisation aigue. Ensuite, nous avons comparé nos résultats avec la population canadienne générale (sans lésion médullaire) à l'aide du questionnaire SF-36 version 2. Les individus avec une lésion médullaire cervicale incomplète (AIS-D) initiale démontre une qualité de vie physique significativement plus élevé que les individus avec une lésion médullaire plus sévère (AIS A,B,C). La qualité de vie mentale s'avère significativement plus élevée chez les tétraplégiques complets (AIS-A). Moins de 10 % des individus avec lésion médullaire cervicale incomplète atteignent la qualité de vie mentale moyenne de la population normale canadienne, alors que plus de 42 % des tétraplégiques complets (AIS-A) y parviennent. En conclusion, la sévérité lésionnelle initiale (grade ASIA) peut permettre d'estimer la qualité de vie à long terme. Les individus avec lésion médullaire traumatique cervicale démontrent une qualité de vie moindre que la population générale. Les patients avec déficits neurologiques sévères (tétraplégie complète) peuvent démontrer une adaptation psychosociale impressionnante.

Andréane Richard-Denis, M.D., M.Sc.
Physiatre
Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal

Note : Dre Richard-Denis n’a déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme


13 h – Session C – Adulte/Adult

Post Traumatic agitation in TBI

Objectives: To determine if socio-demographic, medical and radiological variables have an impact on the risk of developing post-traumatic agitation in patients with mild complex to severe TBI. In addition, determine prognosis using the Extended Glasgow Outcome Scale (GOS-E), length of stay (LOS) and orientation at discharge of agitated patients with TBI. Methods: A retrospective observational study of all 778 patients admitted to the Montreal General Hospital, a tertiary specialized trauma centre, following a TBI that occurred between 2013 and 2015. Data was collected from an existing Quebec trauma registry and TBI program database. Independent variables collected were socio-demographic, clinical, and neurological information. Dependent variables were LOS in days, types of non-pharmacological treatment, GOS-E at discharge, Galveston Orientation and Amnesia Test (GOAT) and discharge destination.

Jehane Dagher, MD
Physiatrist
Montreal General Hospital

Note: Dr. Dagher declared a potential conflict of interests: speaker for Merz and Allergan (2017).

↑ Retour au programme

13 h 30 – Session A – Pédiatrie/Pediatric

Trauma: Crucial skills of the resuscitation team

Communication is crucial in the care of trauma patients, it is however often inadequate in trauma cases due to the acuity and instability of these patients. This presentation will have for objective to identify the pediatric specific challenges to good communication, to identify where good communication comes into play during a crash. It will also identify communications skills needed to improve patient care and decrease the risk of error in trauma patients. The presentation will start with a short introduction of the specificities of pediatric nursing and challenges in communication with this population. Communication skills and tools will be explained. A trauma case will be presented. The case will be broken down, and an evaluation of the communication used during the case will be made. Communication skills will be identified and suggestions will be given for improvement of communication during the case based on the previous skills and tools learnt. The conclusion will reiterate the need and importance for good communication in pediatric trauma cases.

Mélanie Laberge
Pediatric Emergency nurse
Montreal General Hospital
Marcy Horge
Registered Nurse – Emergency
Montreal Children’s Hospital

Note: Mrs. Laberge and Mrs. Horge did not declare any potential conflict of interests.

↑ Retour au programme

13 h 30 – Session B – Adulte/Adult

TCC et la population gériatrique

Dans cette présentation, nous examinerons les changements cognitifs normaux du vieillissement de la population. Nous le comparerons aux troubles cognitifs des lésions cérébrales traumatiques chez les personnes âgées. Les résultats fonctionnels suite au TCC dans la population gériatrique seront discutés.

Jehane Dagher, MD
Physiatrist
Montreal General Hospital
Maude Lague-Beauvais
Neuropsychologist
Montreal General Hospital

Note: Dr. Dagher declared a potential conflict of interests: speaker for Merz and Allergan (2017) and Mrs. Lague-Beauvais did not declare any potential conflict of interests.

↑ Retour au programme

13 h 30 – Session C – Adulte/Adult

Hypothermie accidentelle : dernières recommandations pour le réchauffement des usagers ?

L'hypothermie accidentelle peut être légère, modérée, sévère ou profonde. Les interventions (réchauffement actif ou passif) diffèrent selon le degré d'hypothermie. Par les dernières recommnandations concernant l'hypothermie accidentelle, l'utilisation de l'ECMO (Extracorporeal membrane oxygenation) est devenue l'intervention à privilégier dans les cas d'hypothermie sévère. Chez le personnel infirmier, l'hypothermie accidentelle soulève beaucoup de questions, principalement en ce qui concerne les interventions visant le réchauffement actif et passif. Par exemple : Comment distinguer les différents degrés d'hypothermie accidentelle ? Que fait-on si l'ECMO n'est pas disponible dans un milieu de soins ? Comment devons-nous procéder concrètement pour débuter une irrigation de liquide chaud avec une sonde vésicale ou un drain thoracique ? Afin de mieux outiller le personnel infirmier, nous souhaitons : 1) définir l'hypothermie accidentelle; 2) décrire les différentes méthodes de réchauffement actives et passives; 3) discuter des dernières recommandations pour réchauffement actif.
À travers différents scénarios, nous répondrons aux interrogations que soulève l'hypothermie thérapeutique et nous réviserons les critères de réchauffement passifs et actifs.

Denis Bouchard
Infirmier
Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal
Mélanie Marceau, inf., M.Sc., Ph.D. (c)
Chargée de cours
Université de Sherbrooke

Note : M. Bouchard et Mme Marceau n’ont déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

14 h 30 – Session A – Urgences-santé

C-spine rule par les paramédics

Cette présentation se veut un bilan de l’application des nouvelles règles d’immobilisation de la colonne vertébrale appliquée par les paramédics d’Urgences-santé. Le bilan un an plus tard. Quelles sont les conséquences sur le système et sur les patients ? Quelles conclusions pouvons-nous en tirer ? L’objectif de cette présentation est de faire un bref rappel de ces nouvelles règles et d’en expliquer la pertinence. Ensuite, le but est de présenter une analyse des données afin d’informer les participants sur les conséquences, tant systémique que pour le patient, de ces nouvelles règles en vigueur depuis juin 2017. Cela nous permettra d’en tirer des conclusions et de les partager avec l’auditoire.

François Longpré
Paramédic en soins primaires, spécialiste à la qualité des soins préhospitaliers
Urgences-santé

Note : M. Longpré n’a déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

14 h 30 – Session B – Adulte/Adult

Feasibility and acceptability of a self-management intervention aimed at preventing acute to chronic pain transition after major lower extremity trauma (iPACT-E-Trauma)

Acute to chronic pain transition frequently occurs after major lower extremity trauma. Limited research findings are available on intervention that could prevent chronic. We have developed a hybrid web-based and in-person self-management intervention to prevent acute to chronic pain transition after major lower extremity trauma (iPACT-E-Trauma). This study aimed to evaluate the feasibility and acceptability of iPACT-E-Trauma. A descriptive design was used. The intervention was initiated at a level-1 trauma center. Twenty-eight adults presenting moderate to high intensity pain 24 hours post-injury were recruited. The feasibility was assessed by determining the possibility to provide the intervention as planned and for the participants to adhere to it in at least 80%. Acceptability of intervention features was assessed with two validated questionnaires. Sessions components not requiring tailoring were delivered in more than 80% of participants. However, 71.4% of session 2 web pages were accessed. Sessions were delivered according to the established timing in ≥ 80% of participants. Session 3 needed to be provided earlier. Duration of sessions was 30 minutes or less on average as initially planned. More than 80% of participants attended sessions while the majority of them were able to apply recommendations with the exception of relaxation exercises. Sessions’ features were mostly evaluated as very acceptable. Findings showed that iPACT-E-Trauma intervention is feasible and was perceived as highly acceptable. Further tailoring the intervention, better supporting the learning of relaxation techniques and modifying the web platform to increase its convenience could improve the capability of clinicians to deliver iPACT-E-Trauma and patients’ satisfaction.

Mélanie Bérubé, Inf., M.Sc., Ph.D. (cand.)
Coordonnatrice du Programme de traumatologie et de recherche
Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal
Céline Gélinas, Ph.D,
Associate professor
McGill University

Note: Mrs. Bérubé did not declare any potential conflict of interests and Mrs. Gélinas declared a potential conflict of interests: Royalties (book chapter) from Elsevier (2017) and from Pearson Canada (2017).

↑ Retour au programme

14 h 30 – Session C – Adulte/Adult

Loin des yeux, loin du cœur : le trauma thoracique fermé

La présentation prend appui sur une histoire de cas. Un homme est amené aux urgences après avoir subi un accident de voiture avec ballons déployés. Son état initial est stable, mais se détériore rapidement durant l'heure qui suit : dyspnée, douleur thoracique, agitation, puis arrêt cardiaque par fibrillation ventriculaire. C'est le trauma cardiaque fermé. Lors de cette histoire de cas, plusieurs gestes infirmiers et médicaux de routine ont précipité la dégradation de l'état clinique du patient : l'immobilisation spinale et l'administration de béta-adrénergiques pour contrer ce qui semblait être une crise d'asthme, mais qui était en fait un oedème pulmonaire massif. Les objectifs de la présentation sont de : 1. Cerner la présentation clinique d'un patient en insuffisance cardiaque subite due à un trauma au thorax fermé; 2. Étudier la physiopathologie de cette condition; 3. Élaborer un plan de traitement de l'insuffisance cardiaque subite due à un trauma au thorax fermé : gestion des échanges gazeux par l'intubation, diminution de la demande en O2 par la sédation, inotropes...; 4. Réviser les protocoles d'immobilisation spinale et de retrait de l'immobilisation; 5. Rappeler de toujours garder l'esprit ouvert et ne pas se mettre des oeillères (parce que le patient était connu asthmatique et n'avait aucun antécédent cardiaque, sa dyspnée ne pouvait être reliée qu'à l'asthme).

Geneviève Goulet, B.Sc.
Infirmière de soins critiques
Hôpital régional de Saint-Jérôme

Note : Mme Goulet n’a déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

15 h – Session A – Urgences-santé

L'EQTPT : les résultats

Les services préhospitaliers d’urgences québécois se sont dotés d’un nouveau protocole d’orientation des traumatisés majeurs. L’échelle québécoise de triage préhospitalier en traumatologie (EQTPT) est l’outil utilisé par les paramédics afin d’orienter le bon patient à la bonne place. Un an après son implantation, qu’en est-il ? Quels sont les résultats ? Quelles problématiques ont été identifiées ? Cette conférence vise à partager l’expérience préhospitalière mais aussi de recueillir les commentaires de l’expérience hospitalière des participants.

Les objectifs de cette présentation :

1. Connaitre le rôle des services préhospitaliers d’urgences en traumatologie.

2. Démystifier l’application de l’EQTPT.

3. Identifier les problématiques et les solutions, le cas échéant.

Diane Verreault
Directrice à la direction de la qualité des soins préhospitaliers et de l'enseignement
Urgences-santé

Note : Mme Verreault n’a déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

15 h – Session B – Adulte/Adult

Interventions pharmacologiques pour le contrôle de l'agitation suite à un traumatisme cranio-cérébral : revues systématiques de données cliniques et précliniques

Atteindre une qualité de vie optimale à long terme est un objectif majeur suivant une lésion médullaire traumatique. Toutefois, il s'agit d'un concept très complexe pour lequel il est difficile de se prononcer en phase d'hospitalisation. Cette étude observationnelle sur une cohorte prospective de 119 sujets vise à explorer les attentes en terme de qualité de vie suivant une lésion médullaire traumatique cervicale basé sur les facteurs cliniques disponibles au cours de la phase d'hospitalisation aigue. Ensuite, nous avons comparé nos résultats avec la population canadienne générale (sans lésion médullaire) à l'aide du questionnaire SF-36 version 2. Les individus avec une lésion médullaire cervicale incomplète (AIS-D) initiale démontre une qualité de vie physique significativement plus élevé que les individus avec une lésion médullaire plus sévère (AIS A,B,C). La qualité de vie mentale s'avère significativement plus élevée chez les tétraplégiques complets (AIS-A). Moins de 10 % des individus avec lésion médullaire cervicale incomplète atteignent la qualité de vie mentale moyenne de la population normale canadienne, alors que plus de 42 % des tétraplégiques complets (AIS-A) y parviennent. En conclusion, la sévérité lésionnelle initiale (grade ASIA) peut permettre d'estimer la qualité de vie à long terme. Les individus avec lésion médullaire traumatique cervicale démontrent une qualité de vie moindre que la population générale. Les patients avec déficits neurologiques sévères (tétraplégie complète) peuvent démontrer une adaptation psychosociale impressionnante.

David Williamson
Pharmacien
Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal

Note : M. Williamson n’a déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

15 h – Session C – Adulte/Adult

Validation d'une adaptation de l'outil de dépistage standardisé de la dysphagie auprès d'usagers avec traumatisme craniocérébral modéré-sévère et avec blessure médullaire cervicale

La dysphagie oropharyngée varie de 38 % à 65 % chez les TCC modérés-sévères et atteint 54 % chez les blessés médullaires cervicaux. Ce problème peut engendrer des complications importantes telles qu'une pneumonie et de la malnutrition. Les guides de meilleures pratiques en traumatologie recommandent, selon le plus haut niveau d'évidence, que les usagers ayant subi un TCC modéré-sévère ou une blessure médullaire cervicale aient accès à un dépistage de la dysphagie oropharyngée par un clinicien entraîné. Le Standardized Swallowing Assessment (SSA) a été sélectionné par un comité d'experts interdisciplinaire dans un centre de traumatologie tertiaire entre autres pour ses propriétés psychométriques, sa pertinence de contenu et sa faisabilité d'application. Il a ét traduit de l'anglais au français et son contenu a été adapté selon les nouvelles données de la recherche. Nous avons entrepris une étude de validation de la version française et adaptée du SSA auprès des usagers avec TCC modérés-sévères et des blessures médullaires avec atteinte cervicale. Plus spécifiquement, cette étude a pour objectifs d'évaluer la fiabilité inter-juges, la validité de contenu, la validité de critère et l'utilité clinique de cet outil de dépistage de la dysphagie. Un total de 100 usagers et de 20 professionnels de la santé œuvrant en traumatologie doivent être recrutés. Les résultats préliminaires démontrent une fiabilité (coefficient de kappa > 0,60) et une validité de contenu (index de validité > 0,75) adéquates. Cette présentation permettra de faire état des résultats obtenus en lien avec la validation de la version française et adaptée du SSA et d'émettre des recommandations quant à son utilisation en traumatologie.

Marie-Pierre Valiquette, M.Sc. inf.
Conseillère cadre en soins infirmiers
Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal

Note : Mme Valiquette n’a déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

15 h 30 – Session A – Urgences-santé

Urgences-santé : Rien à signaler ! Le cas de l'Autoroute 13

Dans la nuit du 14 mars 2017, une importante tempête de neige s’abat sur le Québec. Bien que les précipitations soient moindres qu’en périphérie, Montréal n’est pas épargnée, on en a vu d’autres dans la grande métropole ! Cependant, au petit matin, le Québec se réveille avec une surprise de taille; Montréal fait les manchettes, et ce, au niveau mondial ! La nouvelle est à l’effet que près de 300 automobilistes se sont retrouvés coincés dans la neige sur une autoroute en zone urbaine et ont été littéralement laissés à eux-mêmes pendant plus de 6 heures. Des appels de citoyens en détresse commencent à affluer à la centrale faisant état de problèmes diabétiques, problèmes respiratoires, etc. pour certains automobilistes coincés. Toutefois, nous ne sommes pas en mesure de les atteindre et le Service des incendies de Montréal nous avise qu’ils n’interviendront plus en premiers répondants dans le secteur. Pendant ce temps, le message envoyé par Urgences-santé à ses partenaires est à l’effet que tout est sous contrôle. Mais comment en sommes-nous arrivés là ? Comment en tant qu’organisation avons-nous pu laisser nos pratiques nous faire croire que nous avions le contrôle, alors que dans les faits, la situation était hors de contrôle ? Comment faire de cet événement une occasion de se questionner sur nos pratiques et d’améliorer nos processus organisationnels ?

Pierre Provost
Paramédic, spécialiste à la qualité des soins préhospitaliers
Urgences-santé

Note : M. Provost n’a déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

15 h 30 – Session B – Adulte/Adult

Prise en charge du traumatisme craniocérébral léger à l'urgence : Développement d'une application mobile App TCC léger accessible à l'urgence sur un téléphone intelligent ou une tablette

Introduction : Au cours des dernières années, les équipes cliniques des urgences sont confrontées à un nombre croissant de personnes victimes d'un traumatisme craniocérébral léger (TCCL). Dans le contexte actuel, il est essentiel de déterminer des moyens efficaces afin de favoriser la meilleure prise en charge possible de cette clientèle par les intervenants des urgences. L'objectif du projet est de développer un outil de formation pour soutenir les cliniciens des urgences dans l'appropriation des recommandations clés et des meilleures pratiques sur la prise en charge du TCCL. Spécifiquement, le but est d'identifier les besoins et attentes des intervenants de l'urgence en matière de formation sur la prise en charge du TCCL.

Méthodologie : Un total de 150 intervenants (médecins, infirmiers-infirmières) de plusieurs urgences de la province de Québec ont complété un sondage électronique. Ce sondage avait pour but de préciser le type de formation sur la prise en charge du TCCL qui serait adapté à la situation réelle et actuelle des intervenants en milieu d'urgence.

Résultats :
Les résultats démontrent que 47,5 % des répondants désirent une application mobile sur le TCCL comme outils d'éducation puisque cela est accessible en tout temps (20 %) et peut-être utilisé efficacement en très peu de temps (moins de 5 minutes). Selon les répondants, l'application devrait contenir des informations sur des recommandations appropriées pour la prise en charge à l'urgence (68,3 %), sur les critères diagnostics (67,2 %), sur les outils d'évaluation (59,6 %), sur des algorithmes de décision (59 %) et sur les facteurs de mauvais pronostics (57,4 %).

Conclusion : Cette présentation dévoilera un exemple de prototype App TCCL en cours de développement par notre équipe.

Elaine de Guise, Ph.D.
Professeure
Université de Montréal

Note : Mme de Guise n’a déclaré aucun conflit d’intérêts potentiel.

↑ Retour au programme

15 h 30 – Session C – Adulte/Adult

Iatrogenic withdrawal syndrome (IWS) in critically ill adults

Opioids are frequently used in the ICU to treat pain and to facilitate mechanical ventilation. Prolonged stimulation of opioids receptors lead to tolerance and upon abrupt removal of opioids, symptoms of iatrogenic withdrawal may develop. Our objectives are to: 1- Define this syndrome in critically ill adults 2- Describe its symptomatology 3- Present its incidence and associated risk factors 4- Propose therapeutic modalities to prevent such syndrome. This syndrome, although better described in the pediatric critically ill population has received much less attention in critically ill adults. The The symptomatology of adults exhibiting such syndrome likely differs from that of pediatric patients, preventing the use of pediatric tools assessing IWS in the critically ill adult. A recent study describes an incidence of 16.7% amongst adults exposed to regular opioids for longer than 72 hours. Exposure to higher cumulative dose of opioids to weaning and exposure for a longer duration are likely major factors to consider. Patients admitted for polytrauma or those requiring ECMO are at risk of such syndrome because of the need to provide adequate analgesia for prolonged periods. Once this syndrome has developed, clinicians need to recognize its presence and implement strategies to minimize symptomatology and improve outcomes.

Marc Perreault, M.Sc., Pharm.D.
Pharmacien et professeur
Hôpital général de Montréal
Marc-Alexandre Duceppe, Pharm.D, M.Sc.
Pharmacien
Hôpital général de Montréal

Note: Mr. Perreault and Mr. Duceppe did not declare any potential conflict of interests.

↑ Retour au programme